La construction passive

Le bâtiment Passif, souvent appelé « maison passive » ou encore « maison sans chauffage », repose sur le concept d’une construction très basse consommation. Le concept repose sur l’utilisation de l’énergie solaire pour chauffer, sur une très forte isolation (des mûrs et menuiseries), sur une grande étanchéité à l’air, sur l’absence de ponts thermiques ainsi que sur une grande ventilation.

Une maison passive consomme 90% de chauffage en moins qu’une construction classique et 50% de moins qu’une maison récemment construite d’après la réglementation thermique actuelle (RT 2012).

Une maison passive n’a pas besoin de plus de 15kWh par m2 et par an en chauffage (soit l’équivalent 1,5 litre de pétrole par m2 et par an). Les constructions passives existantes nous montrent que ceci est valable pour des régions au climat rude ou au méridional ; soit pour une zone géographique comprise entre Stockholm et Madrid.

Une maison passive ne consomme que 10 à 25 euros de chauffage par mois (contre 40 à 65 kWh/m2a pour une maison basse énergie) et pour autant il y fait bon vivre.

Pour se chauffer la maison passive utilise toutes les sources de chaleur possible : soleil, appareils électroménagers, habitants, etc. La chaleur est maintenue à l’intérieur grâce à la très forte isolation des mûrs extérieurs, du toit et du sol, des fenêtres triples vitrages et des portes. L’air est renouvellé par un système de ventilation mécanique contrôlé (VMC), double flux inaudible (25b) qui récupère la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air qui rentre.

 

Quatre critères permettent de déterminer si un bâtiment peut obtenir la labellisation « Bâtiment Passif » :

  • Besoins en chauffage < 15kWh/m2.a) ou puissance de chauffe < 10 W/m2.
  • Besoins en énergie primaire totale (électroménager inclus) < 120 kWh/(m2.a)
  • Étanchéité de l’enveloppe : n50 < 0,6 h-1
  • Moins de 10% d’heures de surchauffe annuelles (> 25 degrés celsius)

Laisser un commentaire